Alimentation émotionnelle : comment ne plus « manger ses émotions » ? 23 novembre 2020

Alicia Knaubert

Alicia Knaubert

On m’a émis à plusieurs reprises l’idée d’écrire un article sur le lien entre l’alimentation et les émotions.

Il est vrai que cela concerne un très grand nombre de personnes. Nous sommes presque tous touchés à un moment ou un autre à des degrés plus ou moins élevés. L’alimentation émotionnelle est très fréquente.

Le but de mon article est de vous montrer pourquoi vous mangez vos émotions et qu’est-ce que vous pouvez faire pour vous en détacher.

La faim émotionnelle est une des causes les plus fréquentes de surpoids. Notre impuissance à gérer nos émotions pousse à des faims compulsives qui sont en réalité des sensations fictives qui répondent à un sentiment de stress, de colère, de doute, de frustration, de manque, d’abandon.

Si cela est trop profond ou difficile pour vous seule, n’hésitez pas à vous faire accompagner.

Qu’est-ce que l’alimentation émotionnelle ? Pourquoi mange-on nos émotions ?

Les aliments ont le rôle de fournir l’énergie qui permet à notre corps de demeurer en vie. Ils apportent tous les éléments nutritifs nécessaires au bon fonctionnement de notre corps ainsi qu’à son énergie.

Les aliments, de par leur composition, ont un impact sur nos émotions. Notre alimentation est souvent riche en énergie, mais pauvre en nutriments essentiels (vitamines, minéraux, protéines…). Or, ce déséquilibre impacte la santé émotionnelle.

Lorsque nous mangeons, tous nos sens s’éveillent. Cela passe par le goût, l’odorat, la vue, mais aussi l’ouïe, le toucher. Les aliments jouent un rôle sur nos émotions mais à l’inverse manger va aussi nous procurer certaines émotions, car nous allons y associer du positif ou du négatif. Par exemple un repas heureux en famille ou la peur d’un aliment inconnu.

Il y a donc un lien étroit entre alimentation et émotions qui se crée.

Nos émotions finissent parfois par jouer un rôle sur la façon dont nous nous alimentons au quotidien. Manger va devenir un refuge, pour apaiser un stress, de l’inquiétude, calmer la colère, la tristesse. Ces aliments deviennent alors réconfortants. Ce sont souvent des aliments très sucrés ou salés qui sont choisis.

Notre système hormonal va aussi jouer un rôle dans notre relation à l’alimentation car consommer des aliments qui vous rassurent, libère de la dopamine, l’hormone du bien-être.

Le fait de « manger ses émotions » se manifeste différemment d’une personne à une autre. 

Vous vous sentez peux être concernés par l’alimentation émotionnelle sans vraiment comprendre pourquoi, sachez qu’il est possible que ce soit des émotions refoulées surtout si vous ressentez une sorte d’impulsivité à vous alimenter, une envie soudaine de vouloir manger. Certaines personnes mangent pour combler le vide, car le vide est angoissant et il faut le remplir.

Dans tous les cas la nourriture est une sorte de réconfort utilisée comme façon de geler ses émotions.

A force le risque est de développer un automatisme, que dès que vous ressentez un stress ou une émotion désagréable vous vous tournez vers la nourriture. Cela mène aussi à la prise de poids et à une perte de confiance en soi.

Ce dérèglement entraîne aussi parfois d’autres troubles du comportement alimentaire. Lorsque on craque pour un aliment « interdit », on se promet de ne plus recommencer. On se sent alors obligée de manger le plus possible de cet aliment avant d’affronter l’interdiction future. Puis on recommence, on culpabilise à nouveau.

Pour être honnête avec vous j’ai moi-même eu un passage similaire, toutes les astuces que je vous partage dans la suite de cette article ont très bien fonctionné sur moi.

Comment manger en paix et se détacher de l’alimentation émotionnelle ?

Vous l’avez compris, nous avons tendance à manger pour geler nos émotions, ne plus les ressentir. Les aliments servent à nous remplir et nous faire oublier quelque chose de désagréable.

Cependant ne fuyez surtout pas vos émotions, même si celles-ci ont un impact sur votre alimentation. Les nier augmentera votre niveau de frustration.

Vous le savez sans doute déjà mais les régimes sont aussi à bannir. La méthode la plus évidente de prima bord est de suivre un régime amaigrissant, c’est peut-être une bonne façon de perdre quelques kilos. En revanche 90% des personnes reprennent le poids qu’elles ont perdu, pire encore, cela crée souvent des trouble alimentaire, une dépression, une perte d’estime de soi. Alors évitez les régimes.

Alors maintenant que vous savez ce qu’il ne faut pas faire, voici ce que vous pouvez faire :

  • Développer la compassion pour soi : reprendre confiance en vous, réapprendre à faire la paix avec la petite fille en souffrance en vous, la traiter comme vous auriez aimé qu’on vous traite : avec amour, bienveillance, patience. Soyez doux, soyez compréhensible, acceptez-vous tel que vous êtes aujourd’hui.
  • Donner – vous le droit de ressentir vos émotions. Il est normal de ne pas toujours ressentir des émotions de joie, tout le monde ressent de la peur, de la tristesse, de la colère, vous n’êtes pas différentes. Soyez vulnérable, il n’y a aucun mal. Un exercice génial est de NOMMER vos émotions. Cela permettra de mettre de la distance vis-à-vis d’elles. Essayez au quotidien d’écrire ce que vous ressentez quand vous sentez une émotion désagréable, qu’est-ce qu’elle déclenche en vous ? que ressentez-vous exactement à l’intérieur ? sur votre corps physique ? et enfin que pouvez–vous vous dire ou quelle autre solution avez-vous pour vous rassurez à ce moment-là ?
  • Manger de tout : Réapprenez à manger des aliments qui sont bon pour votre corps, votre santé, qui vous font du bien. Mais réapprenez aussi à manger de tout, à ne plus vous frustrer avec des aliments interdits. Il est primordial de réapprendre à manger en pleine conscience c’est-à-dire de prendre le temps de manger, de mâcher, d’apprécier ce que vous avez dans l’assiette afin de ressentir à nouveau le sentiment de satiété.
  • Faites la paix avec votre passé. Notre rapport à la nourriture peut parfois avoir un lien avec notre enfance. Des parents exigeant vis-à-vis du physique, qui angoissent des rondeurs de leur enfant. Au point de développer chez eux des troubles alimentaires. Si c’est votre cas faire un travail là -dessus va vous aider.
  • Affirmer vous. Les personnes en surpoids sont régulièrement victimes de commentaires négatifs. Apprenez à ne pas vous laissez faire ! Qui sont les autres pour vous juger ? Vous n’êtes pas un poids, alors n’hésitez pas à poser vos limites et à les recadrer avec fermeté !

Pour aller plus loin je vous conseille le livre ‘’Dit non à l’alimentation de consolation’’ du Dr Roger Gould.

femme qui mange une tablette de chocolat

Si vous avez aimé cet article, partagez-le !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

...ou vous pouvez également me laisser un commentaire :

Réveille dès maintenant la wonder woman qui sommeille en toi !