La résilience ou comment ressortir plus fort des épreuves de la vie ? 31 août 2020

Alicia Knaubert

Alicia Knaubert

Nous subissons tous des traumatismes plus ou moins profonds.

Séparation, deuil, rupture, maladie : la vie n’est pas un long fleuve tranquille.

Mais lorsque ces situations arrivent, deux solutions s’offrent à nous : se laisser abattre OU surmonter ces épreuves et se reconstruire. On appelle cela le principe de résilience.

Alors qu’est-ce la résilience et comment on peut l’appliquer dans notre quotidien ?

Origine et définition de la résilience

Etymologie : de l’anglais resilience, issu du latin resilire, rebondir, rejaillir.

A l’origine le concept de résilience est utilisé en physique est caractérise la capacité des matériaux à résister aux chocs ou à retrouver leur forme initiale après avoir été comprimés ou déformés.

C’est Boris Cyrulnique, éthologue, neuropsychiatre et psychanalyste qui à développer le concept de resilience en France, à la suite de l’observation des survivants des camps de concentrations, d’enfants orphelins ou encore d’enfants des rues boliviennes.

Le concept est alors adapté à la psychologie.

Il s’agit de la capacité d’un individu à résister psychiquement aux épreuves de la vie, à ne pas se décourager, à « rebondir ». Celui-ci prend acte du traumatisme qu’il a subi pour ne plus vivre dans la dépression et pour se reconstruire.

La résilience permet à l’individu de dépasser son état actuel et de ne pas rester dans une situation précaire.

La résilience : innée ou acquise ?

Des études scientifiques ont prouvé que la production d’hormones euphorisantes (dopamine, sérotonine) est naturellement plus élevée chez certains bébés.

D’autres facteurs tels que le caractère de l’enfant (sensibilité plus ou moins prononcée, joie de vivre plus ou moins forte), le climat familial (forte relation avec la mère, sentiment de sécurité, famille unie), la construction sociale (relation avec les enseignants, les camarades, résultats scolaires encourageants ou non) montrent que nous n’avons pas tous les mêmes armes face à l’adversité.

En revanche bien que les premières années de certains enfants soient plus heureuses que pour d’autres, il est malgré tout fréquent qu’un individu qui aurait tous les préalables nécessaires pour être résilient, sombre dans la dépression au moindre problème, alors qu’un autre développera des mécanismes d’autodéfense et une force de caractère lui permettant de se sortir de toutes les situations.

Tout le monde peut donc développer cette capacité à faire face aux évènements et à être plus résilient.

Le mécanisme de processus de résilience

Les résilients mettent en place une série d’attitudes de protection :

  • D’abord il y a la révolte, le refus de se sentir condamné.
  • Ensuite vient l’espoir, le rêve en ayant un objectif pour la suite.
  • Une envie de se montrer fort devant l’entourage, de se protéger de la pitié, de préserver son image même s’il y de la souffrance
  •  L’humour : la personne résiliente peut être dans l’autodérision face à son traumatisme.
  • Phase de création : par le biais des arts (écriture, peinture, etc.), de la spiritualité ou d’un sport.

Mes 5 conseils pour développer ses capacités de résilience

  • Je transforme ma souffrance en rage de vivre

J’ai fait le choix de ne pas subir ma vie et d’en être l’unique responsable.

Alors oui tout n’est pas toujours rose, nous ne sommes pas à l’abri de subir la perte de proches, un traumatisme, une agression. Beaucoup de personnes ont aussi eu une enfance difficile MAIS face à ces situations nous avons le choix :

Être victime ou en faire une arme en trouvant son propre moyen de guérison et transformer sa souffrance en force intérieure.

  • Je prends soin de moi

Avoir une bonne estime et confiance en soi est nécessaire pour faire face aux épreuves de la vie et ne pas se laisser abattre facilement.

Prendre soin de soi est alors primordiale et cela passe par le fait d’apprendre à s’écouter, s’observer, se connaitre. Mais aussi se traiter avec bienveillance, modifier ses pensées négatives, s’exprimer à travers sa créativité, faire du sport…

Il est important aussi si vous en ressentez le besoin de vous confier à une personne neutre, un thérapeute, coach… afin d’apprendre à prendre du recul, gérer vos émotions, revenir à l’instant présent.

  • Je vais au-delà des peurs et me concentre sur mes forces

TOUT le monde a peur. La seule différence est que ceux qui la dominent ne l’écoutent pas. Du moins pas au point de se laisser tétaniser. Un de mes conseils est dans ces moments-là de vous concentrer sur vos points forts, sur ce qui va, plutôt que sur ce qui ne va pas.

  • Je m’entoure des bonnes personnes

Avoir un entourage sain, dans lequel vous vous sentez aimé, soutenu, épaulé et sur qui vous pouvez compter dans les moments plus difficiles vous aidera évidemment à surmonter plus facilement les épreuves.

  • Accepter le changement et trouver le positif en chaque épreuve

La vie est faite de cycles, de changements : c’est une loi incontestable. Il est nécessaire de travailler sa capacité à lâcher prise, à accepter le changement. Pour cela je vous conseille d’essayer de trouver toujours le positif. Votre amoureux vous quitte ? Vous perdez votre job ? c’est peut-être qu’il était temps d’ouvrir une nouvelle page et que la vie a mieux pour vous aujourd’hui.

Souvenez-vous aussi d’autres épreuves que vous avez déjà traversé dans le passé, qui vous semblaient insurmontable et qui aujourd’hui sont loin derrière vous.

Vous êtes bien plus fort que vous ne le pensez !

J’espère que cet article vous à plu. N’hésitez pas à me laisser un commentaire et à le partager !

chaton qui se regarde dans un miroir et qui devient un lion

Si vous avez aimé cet article, partagez-le !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

...ou vous pouvez également me laisser un commentaire :

Réveille dès maintenant la wonder woman qui sommeille en toi !